ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

jeudi 22 juin 2017

L'UUV consolide la puissance maritime d'Israël



L’UUV CONSOLIDE LA PUISSANCE MARITIME D’ISRAËL

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps

            


UUV

          Pendant plusieurs décennies, Israël avait axé sa défense militaire sur le tout aérien. Il a ensuite compris qu’il devait investir dans la guerre navale en raison de l’étendue de l’espace des conflits. L’acquisition de sous-marins Dolphin auprès de l’Allemagne a étoffé sa capacité d’intervention au-delà de ses frontières et en particulier à la limite des eaux territoriales de l’Iran, en permanence sous surveillance. Bien sûr les escadrilles de F-35, le dernier-né des avions furtifs, ont consolidé la suprématie de Tsahal dans les airs au Moyen-Orient mais les limites techniques d’intervention des avions de chasse ont imposé une stratégie complémentaire.




Sous-marin Dolphin

            Les sous-marins de la nouvelle génération souffrent de la limitation d’un fonctionnement autonome prolongé dans les fonds marins. Ils ont toujours été la bête noire des armées et des navigateurs parce qu’ils symbolisent l’élément de surprise et de dissuasion surtout lorsqu’ils sont équipés d’armes nucléaires. Ils sont imprévisibles et invisibles puisqu’ils ont la capacité de rester sous l’eau pendant des semaines, voire des mois.
            Mais un sous-marin habité a besoin de refaire surface pour récupérer de l’air, pour une maintenance obligatoire, pour s’approvisionner en denrées alimentaires et pour permettre une réadaptation au cycle naturel du corps humain. Les véhicules sans équipage deviennent donc une alternative intéressante aux sous-marins équipés. Ils sont connus sous le nom de véhicules sous-marins sans équipage (UUV-Unmanned underwater vehicles). Les services techniques de Tsahal, avec l’aide américaine, ont donc développé de véritables monstres sous-marins capables d’évoluer dans les profondeurs marines en toute autonomie, hors la présence humaine à l’intérieur.
UUV

            Mais chaque technologie évoluée entraîne de nouveaux blocages techniques. Les véhicules sous-marins sans équipage, de véritables robots, peuvent avoir des difficultés à communiquer sous l'eau en raison d’une multitude d'obstacles dans les communications. Par ailleurs, le fonctionnement pendant de longues périodes est entravé par l'absence d'une source d'alimentation adéquate utilisable à proximité immédiate de l'eau. L’objectif restede permettre au drone sous-marin de rester en mer pendant 70 jours consécutifs.
Alfred Thayer

            L’UUV ne supprime pas la nécessité du sous-marin habité, seul capable de lancer des missiles lourds. Il doit être en mesure de générer sa propre énergie, doit être fabriqué avec des matériaux auto réparables et être capable d'un fonctionnement autonome prolongé avec des prises de décision indépendantes. Tsahal n’a rien inventé. Il s’est inspiré de l’ouvrage de 1890 «The influence of sea power on history» du contre-amiral américain, Alfred Thayer Mahan, grand stratège de la guerre navale, qui avait mis en évidence les avantages de la supériorité navale.
            La différence essentielle entre un sous-marin et un UUV est surtout économique. Pour assurer la sécurité maritime des navires marchands israéliens dans les eaux internationales éloignées il faut de nombreux sous-marins coûteux alors que la mise en place de plusieurs UUV peut se faire à un prix abordable pour le budget de la défense israélienne. Cette nouvelle technologie a remis en cause la nature de la guerre navale. Les UUV sont peu coûteux, et si un UUV tombe en panne, il sera remplacé par un autre sans nécessité de réparer immédiatement. Une panne technique ou un dysfonctionnement à proximité de la rive ennemie ne mettra pas en danger des combattants et ne nécessitera aucune opération de sauvetage humaine complexe.
            L’UUV a une capacité offensive et défensive. Il peut désactiver les ports ennemis, neutraliser les mines pour ouvrir des voies aux sous-marins, détruire les installations d’énergie côtière, attaquer les navires et sous-marins ennemis, et enfin briser les infrastructures civiles sans risquer la vie de marins israéliens. Sur le plan défensif, l’UUV limite le déploiement de sous-marins et détecte plus facilement les dangers des éléments sous-marins habités ou non habités. Ces robots permettent aussi l’utilisation de bouées reliées aux satellites pour communiquer avec un système central de commande et de contrôle. L’État-major est donc informé en temps réel de l’état militaire de l’ennemi, suffisamment pour prendre des mesures adéquates rapides.
Dolphin

            C’est pourquoi les sous-marins ont la charge de déployer des UUV pour compléter les moyens d’informations et de surveillance de Tsahal. Ces robots sous-marins peuvent remplir d’autres missions de reconnaissance au profit des sous-marins pour leur éviter l’utilisation visible du télescope et pour limiter la vulnérabilité dans des phases d’approche des côtes.
            La furtivité fournie par le milieu sous-marin pour les missions d'attaque et de collecte de renseignements a augmenté l’intérêt des véhicules sous-marins sans équipage (UUV) aux yeux des chefs militaires. Ces petits véhicules servent au lancement de missiles et au transport d'espions mais surtout comme plate-forme de collecte de renseignements. On imagine un essaim de petits UUV, chargés d'explosifs, entrant dans un port ennemi et détruisant par surprise les navires de guerre amarrés. En Israël, le milieu sous-marin est classé secret militaire comme l’industrie nucléaire, ce qui rend difficile l’analyse des activités dans ce domaine. Mais les informations puisées aux États-Unis donnent une idée du fonctionnement puisque la collaboration avec la marine américaine est totale.
            Tsahal avait nommé un haut officier à l'identité secrète chargé d'exécuter le plan directeur pour l'utilisation des UUV délivrés par la marine américaine.  L'une des missions consiste à permettre à ces véhicules de rester immergés en continu. Contrairement à un sous-marin habité, qui peut rester submergé pendant près de 40 jours, les UUV peuvent actuellement être immergés pendant environ 30 jours. L'objectif est de maintenir ces véhicules immergés indéfiniment. Un UUV armé dispose d’une capacité de production d'énergie indépendante et il peut être rechargé à l'aide de stations de rechange sous-marines. La technologie des stations de recharge sous-marines est déjà à l’essai avec des accès sécurisés. Ces stations de recharge ont un double rôle puisqu’elles peuvent également communiquer avec les satellites et servir de relais pour extraire et transmettre les données de renseignement accumulées par les UUV.

            Une autre mission assignée aux UUV consiste à neutraliser les mines sous-marines devant une force de navires de surface ou de sous-marins habités. Une discussion animée sur le sujet des UUV a été menée lors de la Conférence internationale sur les systèmes sans-abri israéliens de 2015, initiée par la Défense israélienne en novembre 2015, en coopération avec la marine de Tsahal et l'Université de Haïfa.
            La France est pionnière dans ce domaine puisque DCNS travaille depuis plus de 10 ans sur le sujet. Le groupe français, spécialisé dans les armes sous-marines, a conçu et testé plusieurs systèmes d’UUV ainsi que des dispositifs de mise en œuvre et de récupération prévus pour être intégrés sur un sous-marin. Son dernier drone sous-marin multi-missions à grande autonomie, qui reprend la forme générale d’une torpille lourde, avec une longueur de 5/6 mètres pour un poids d’environ 1 tonne. L’engin se veut modulable, avec des parties dédiées à la motorisation, aux batteries, à l’électronique et à la charge utile.
            Si l’on s’inspire des États-Unis qui utilisent des sous-marins pour des cyber attaques contre des cibles ennemies, il est raisonnable de supposer que les UUV peuvent avoir les mêmes objectifs pour perturber ou bloquer des systèmes informatiques et altérer des données stockées. 

          Les services techniques de Tsahal travaillent à rendre les UUV indépendants sous la mer, sans être contrôlé à distance, en déterminant leur propre localisation, l'emplacement de la cible, en évitant les obstacles et en sélectionnant l'itinéraire qui convient le mieux à la nature de la mission. Les capacités de communication sous-marine sont en développement intense car les UUV fonctionnent dans un milieu non pénétré par des ondes électromagnétiques ce qui rend obsolètes les dispositifs de communication standard. Sous la mer, il s'agit d’ondes sonores et de leur propagation. 
            Israël prépare donc une véritable révolution avec l'introduction des UUV dans l'arène navale. Les sous-marins habités assurent la dissuasion de la deuxième frappe en raison de leur capacité à lancer de lourds missiles. Les UUV pourront fonctionner en continu sans quitter le milieu sous-marin et offrir divers avantages en ce qui concerne les aspects offensifs et de collecte de renseignements. La navigation, la communication, les matériaux de pointe, la photographie sous-marine, la transmission de données vidéo vers l'arrière et l'intégration des ressources de réparation sous-marines dans l'UUV sont des fonctionnalités en cours de développement pour la recherche marine, sinon déjà disponibles. La marine israélienne a adopté cette révolution pour assurer une nouvelle configuration défensive et offensive capable de faire face aux menaces futures.



2 commentaires:

andre a dit…

Bravo! Bel article intéressant et tout à fait nouveau, du moins pour moi, humble profane.
Andre M
Tribune juive

Herve23 a dit…

Profane aussi.
Un gros gros casse-tête pour l'Iran, à la limite de des eaux territoriales....
J'aime que l'Iran aie des insomnies...