ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

jeudi 27 avril 2017

Les orthodoxes régentent la vie à Tel-Aviv



LES ORTHODOXES RÉGENTENT LA VIE À TEL-AVIV

Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps
           
Les rabbins Dhery et Cohen
            
          Le poids des religieux est de plus en plus pesant en Israël. Ils régentent tout, imposent leur loi à la population laïque et menacent en permanence le gouvernement de faire chuter la coalition. Ils s'attaquent à la liberté individuelle en s’appuyant sur le principe que l’État d’Israël est juif, sans songer que des non-juifs sont citoyens israéliens et que tous les Juifs ne pratiquent pas la religion. Par opportunisme plus que par conviction religieuse, le Shass fait preuve d'activisme en voulant faire comprendre aux politiques que rien ne se fera sans lui.



Députés orthodoxes à la Knesset

            Les religieux, en minorité dans le pays, ont une influence très importante car ils peuplent en majorité les implantations et ils peuvent y susciter des troubles qui se propageraient à l'intérieur du pays. La capacité de nuisance des religieux est due à la proportionnelle intégrale en Israël qui parsème les voix entre près de vingt listes et rend le pays ingouvernable et instable. Les partis religieux, forts de leur statut de partis charnières, usent de surenchère sans se soucier de l'intérêt général du pays. 
          Treize députés à peine, sur 120 de la Knesset, dictent leur loi avec des revendications qui, souvent, n'ont rien de politiques mais uniquement sectorielles pour ne pas dire religieuses. Leur culture politique s'arrête à l'octroi de fonds qui leur permettent de faire vivre leurs écoles talmudiques fréquentées par des élèves totalement pris en charge. Ils favorisent ainsi l'émergence de jeunes oisifs étudiant les textes sacrés à longueur de journée, loin de la réalité du pays, loin du modernisme et dans un anachronisme inquiétant. Nombreux sont ceux qui se fondent sur l'alibi de ces études pour échapper au service militaire national.
Yeshia ou école talmudique

            Netanyahou doit sauvegarder sa coalition hétéroclite et se trouve ainsi pieds et poings liés avec des religieux dont la culture politique s'arrête à l'entrée des synagogues et dont les thèses extrémistes sont dévoyées au nom de la loi religieuse. Alors que le pays est en majorité laïc, ses citoyens subissent la chape imposée par les rabbins. Le dernier exemple vient de l'interdiction de l’ouverture faite aux commerces et aux supermarchés le shabbat alors que c’est souvent le seul jour où certains couples peuvent faire leurs emplettes. 
Supermarché ouvert 24h sur 24

          Le comble est la déviation antisioniste de certains orthodoxes qui estiment que «lorsque l'État d'Israël reviendra à la Torah, nous célébrerons le Jour de l’Indépendance». Ces nouveaux adeptes des livres sacrés semblent vouloir renier l'histoire moderne d'Israël et soustraire à leurs fidèles le symbole même de l'État. Ainsi la bénédiction traditionnelle faite par les Juifs, dans tous les pays du monde, pour bénir l'État dans lequel ils vivent a été purement et simplement supprimée de certaines liturgies en Israël. Pour sauvegarder sa coalition, Netanyahou est prêt à s'allier même au diable et à accepter toutes les concessions alors que les religieux monnayent leur participation au prix fort.  
L'ex général Ron Huldai, maire de Tel-Aviv 

            La municipalité a autorisé les ouvertures commerciales le samedi car elle voit l’intérêt de sa ville et de ses administrés, en particulier dans les zones touristiques du port de Tel Aviv, du port de Jaffa et du complexe de l’ancienne gare Hatahana.  On ne voit pas en quoi cela peut gêner les fidèles dans leurs synagogues. Les orthodoxes ont cependant intenté une action auprès de l’instance suprême, la Haute Cour de Justice, qui a donné raison à la municipalité de Tel-Aviv. La mairie a commenté la décision de la Haute Cour : «La ville de Tel Aviv-Jaffa est libre et restera gratuite. Nous nous félicitons de la décision de la Haute Cour de ne pas interférer avec l'autorité locale. Le plan d'ouverture des supermarchés samedi, que nous avons décidé au Conseil de la ville, est sans aucun doute équilibré et tient compte de la variété des populations et de leurs besoins et permet l'ouverture proportionnelle des entreprises d'une manière qui permet une vie dynamique dans la ville sans interruption tout en conservant un Shabbat calme et calme».
            Le ministre de l'Intérieur, Arie Dehry, du parti ultra-orthodoxe Shass a contesté la décision la qualifiant de «coup sérieux pour le Shabbat et le peuple juif. J'ai l'intention de rencontrer rapidement le Premier ministre, avec mes collègues d'Agoudat Israël, les ministres et d'autres députés dont le Shabbat est important pour eux et de protester contre le coup sévère sur le Shabbat. La décision de la Haute Cour est une violation du statu quo». 
          Il est étonnant qu’un ministre conteste les décisions de la plus haute autorité de l’État. Le chef spirituel du Shass et président du Conseil des Sages de la Torah, le rabbin Shalom Cohen, menace donc de quitter la coalition si on ne lui donne pas satisfaction, quitte à faire tomber le gouvernement. Pour montrer que leur menace est sérieuse, les membres religieux de la municipalité ont démissionné de la coalition municipale en raison de «la profanation du shabbat».
- Ministre de la Santé Litzman, cette pilule est pour le Conseil des Sages de la Torah  -Quel effet a t-elle ? - Elle vous transformera en rabbin sioniste

            Benjamin Netanyahou devra sortir de cette impasse et il est improbable qu’il contredise la Haute Cour. Deux solutions s’offrent à lui ; augmenter les subventions aux écoles talmudiques pour acheter les voix des 13 députés ou alors dissoudre la Knesset, une idée qui lui trotte dans la tête depuis plusieurs semaines déjà. 

2 commentaires:

andre a dit…

Israël n'est pas un État comme les autres et il ne faut pas tirer à vue sur les religieux. Ils se marient très tôt et font beaucoup d'enfants . Ils vivent souvent très mal, en dessous du seuil de pauvreté mais leur sens moral puisé dans la sagesse du Livre et de ses commentaires moralise le pays, équilibre le libéralisme sans limites de la vie économique israélienne.
Il faut discuter, négocier un compromis acceptable pour les laïcs et les religieux . Est-ce impossible de ne faire ses courses que 6 jours par semaine ?
En Italie, Le dimanche est sacré . Et ce n'est pas parce qu'ils ne sont pas majoritaires que les religieux doivent tout accepter .Il faut respecter ceux qui ont la foi et ne pas les traiter de parasites ou d'illuminés.
André M Tribune juive

rene seknadje a dit…

Les religieux apparemment ne font pas la loi à Tel Aviv . Vous pouvez manger à Tel Aviv des produits non cacher Comme crevettes et calmars dans la plupart des restaurants . Beaucoup de restaurants et cafés sont ouverts le samedi Et meme certains commerce et super marché .
On trouve tout ce qu on veut à Tel Aviv çe qui n empêche pas les traditionalistes de célébrer les fêtes juives avec entrain .
Franchement il est DIfficile à un juif orthodoxe de manger dans un restaurant strictement cacher à Tel Aviv . Dans certains endroits ils sont moins nombreux que dans certains quartiers à Paris .
Je ne voit pas ce qui motive cet article.
En France l ouverture des magasins est interdite le Dimanche . En Israel c est le samedi . Ou est le probleme. Il faut bien que les gens se reposent .