ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

vendredi 10 mars 2017

Marine le Pen peut gagner par Gérard AKOUN



MARINE LE PEN PEUT GAGNER
Par Gérard AKOUN
Judaïques FM
            

          François Fillon a réussi à imposer sa candidature, envers et contre tous ceux, qui pensaient pouvoir, l’obliger à se retirer, à «le débrancher, sans l’humilier» comme l’avait déclaré Nicolas Sarkozy. Le succès de la manifestation de dimanche au Trocadéro, bien qu’elle n’ait pas réuni deux cent milles personnes, comme l’ont annoncé les organisateurs, a convaincu les responsables de la droite que François Fillon était indéboulonnable. En effet, il pouvait s’appuyer sur un socle solide d’électeurs, qui lui sont restés fidèles, il n’est jamais descendu en dessous de 17% en dépit de ses aléas judiciaires et d’une mise en examen probable.




            Les dirigeants de « Les Républicains » qui voulaient s’en débarrasser, lui ont fait allégeance, à l’unanimité, 48 heures plus tard. Mais dans leur for intérieur, beaucoup sont persuadés qu’il les conduit, droit dans le mur. La droite est divisée sur sa stratégie, sur ses valeurs, le virage populiste pris par Fillon, son appel au peuple, contre l’institution judiciaire, le succès qui en a résulté, fragilise la démocratie et beaucoup s’en inquiète.  
            La gauche ne se trouve pas dans un meilleur état, elle est divisée, elle est fragmentée. Deux candidats vont la représenter. Le premier, Benoit Hamon, bien que vainqueur de la primaire de la gauche, est loin de faire l’unanimité dans son propre parti, dans lequel coexistent, mais pour combien de temps encore, deux tendances qui semblent irréconciliables. Le second, Jean-Luc Mélenchon, est le candidat de la France insoumise, c’est-à-dire la gauche de la gauche. Aucun des deux, n’ira au-delà du premier tour de l’élection dans la mesure où ni l’un ni l’autre ne dépassera les 13 ou 14% des suffrages.  Un accord pour une candidature unique aurait, pourtant, permis à la gauche d’être présente au second tour mais il a été impossible à réaliser.    

            L’hypothèque Fillon levée, la campagne électorale va pouvoir enfin débuter. Nous allons pouvoir comparer les programmes, assister à des débats et voir se confronter les candidats. Nous allons savoir si le programme de Fillon est toujours aussi radical, nous allons connaitre le chiffrage de celui d’Hamon.  Mais n’en doutons pas, la campagne sera dominée par le rejet des partis traditionnels, dû à leur fonctionnement sclérosé, à leur incapacité à réaliser les réformes dont le pays a besoin pour lutter contre le chômage et la pauvreté, à la coupure réelle ou supposée, en tout cas ressentie, entre les dirigeants et leurs mandants.

            La période de flottement que nous avons traversée ces dernières semaines, a profité à deux candidats que, tout oppose bien entendu, à Marine Le Pen qui est toujours en tête des sondages et à Emmanuel Macron qui la talonne mais probablement ne la dépassera pas. La candidate du Front National est contre la mondialisation, contre l’immigration, contre l’Europe, contre les élites, pour le protectionnisme, pour le retour à une monnaie nationale, et sur le plan social, elle fait des propositions que ne désavouerait pas Jean-Luc Mélenchon mais sans les budgétiser bien sur.  
            Tout au contraire, le candidat d’En Marche ! ne rejette pas la mondialisation, il propose une transformation économique et sociale radicale : « Nous sommes dans une société de statuts, je veux une société de mobilité » a-t-il déclaré. Il est pro-européen, il est pour une France ouverte, il veut regrouper les progressistes de droite comme de gauche contre les conservateurs. Il se heurtera à la fois à la gauche et à la droite.

            Un tiers des Français sont d’accord avec les idées du Front National et sont résolument décidés à voter pour Marine Le Pen, lui assurant ainsi sa présence au deuxième tour. Mais malgré les efforts de la candidate du Front National pour dédiaboliser son parti, les résultats de l’enquête annuelle effectuée, pour France info et le Monde, par Kantar Sofres-One Point, montrent que le parti d’extrême-droite représente encore un danger pour une majorité de Français bien qu’ils puissent partager un certain nombre des idées qu’elle défend. Cela peut paraitre, à première vue rassurant, il existerait toujours un plafond de verre sur lequel elle viendrait buter. Tant mieux, mais on ne se trouve plus dans la situation politique de 2002.
            Plusieurs hypothèses sont à prendre en compte. Dans un deuxième tour qui opposerait François Fillon à Marine Le Pen, il n’est pas certain qu’une grande partie  des électeurs de gauche choisiraient de reporter leurs voix sur François Fillon et Marine Le Pen aurait ses chances. Dans un deuxième tour qui opposerait Benoît Hamon ou Jean-Luc Mélenchon à Marine Le Pen, peu vraisemblable mais il faut l’envisager, l’électorat de droite ne voterait pas pour le candidat de gauche et Marine Le Pen serait élue.
            Dans un deuxième tour qui opposerait Emmanuel Macron à Marine Le Pen, cette dernière pourrait être battue à condition qu’Emmanuel Macron ait réussi à se maintenir à équidistance de la droite comme de la gauche, ce qui n’est pas évident, et qu’un certain nombre d’électeurs de gauche comme de droite ne se réfugient pas dans l’abstention ou le vote blanc. Marine Le Pen peut gagner, tout est possible dans cette campagne électorale insolite.


3 commentaires:

Véronique Allouche a dit…

Finalement, à part peut-être le catalogue de La Redoute..... quel est le journaliste qui ne défend pas Macron ? L'opportunité du calendrier électoral pour "dévisser" Fillon n'a pas réussi à convaincre ses électeurs. Les commentaires des "experts" du petit écran, des radios et des journaux nous martèlent jour après jour l'épouvantail Le Pen et Le "populisme" du candidat de droite, une façon peu démocratique de traiter l'info. Fillon veut-il quitter l'Europe? Non. Veut-il revenir au franc? Non. Trop court ici pour énumérer les autres sujets de discorde entre les deux candidats.
En revanche il propose un plan d'austérité pour redresser la France qui en a bien besoin. C'est évidemment moins vendeur que les rêves présentés à gauche. Dans ce contexte où la bien-pensance se complaît dans la nouveauté d'un " ni droite ni gauche", alors que Macron est le descendant direct de Hollande, Fillon, s'il est élu, aura eu le mérite de défier le monde médiatique et au-delà, les magistrats instrumentalisés par le pouvoir actuel qui les a nommés.
Non Monsieur Akoun, Marine Le Pen ne pourra pas gagner...si toutefois votre profession voulait bien être plus objectif sur les propositions du candidat de la droite traditionnelle!
Cordialement

Marianne ARNAUD a dit…

Non Marine Le Pen ne gagnera pas. Toute la classe politico-judiciaro-médiatique est derrière Macron, et nous explique que Marine Le Pen est la pire des catastrophes qui pourrait arriver à la France, à l'UE et au monde, au cas où elle serait élue.

De même que Hollande a été élu en 2012, Macron - dont Hollande dit : "Macron, c'est moi !" - sera élu en mai prochain, pour le plus grand bonheur de ces "socialo-centristes" qui ont quitté Fillon pour Macron, sans revenir.

Notre seule consolation : la France aura le Président le plus jeune et le plus beau, celui dont le regard est bon, comme nous en a assuré une journaliste, hier. En tous les cas, celui qui a toujours des costumes bien coupés et de souliers bien cirés !
En somme, ce sera notre Obama, à nous !

Bernard Meyer a dit…

Désolé mais à droite il y a deux candidats et à gauche trois dont Emmanuel Macron, contrairement à ce que vous écrivez.
Dans le cas où Macron se retrouve avec Le Pen au deuxième tour les électeurs de droite ne voteront pas Macron pour deux raisons:
La première est qu'ils ne veulent plus d'un quinquennat à gauche
Et la deuxième est qu'ils ne supportent plus que la Pensée Unique, dont vous paraissez faire partie et tant décriée par Philippe Val et Caroline Fourest, leur impose un candidat.
Bien cordialement