ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

vendredi 31 mars 2017

Manuel Valls Franchit le Rubicon par Gérard AKOUN



MANUEL VALLS FRANCHIT LE RUBICON

Par Gérard AKOUN
Judaïques FM
                

          On s’y attendait, ce n’est pas vraiment une surprise, Manuel Valls a annoncé, hier, qu’il voterait pour Emmanuel Macron au premier tour de l’élection présidentielle. Certes, Il avait la possibilité de garder le silence ; Il avait suffisamment montré qu’il était en désaccord avec la campagne que mène Benoît Hamon pour que l’on sache qu’il ne lui apporterait pas sa voix. En ne se prononçant pas, en jouant la prudence, il aurait évité d’être accusé de reniement de la parole donnée, celle de soutenir le vainqueur, «quel qu’il soit» de la primaire.





            Mais ce n’est pas dans son tempérament, c’est un fonceur, la place de quatrième dans les sondages pour Benoît Hamon, derrière un Jean Luc Mélenchon qui ne cesse de grimper, son incapacité à élargir son électorat, permettait à Manuel Valls de justifier «sa trahison» par l’intérêt supérieur de la nation.
            «Je prends mes responsabilités, ce n’est pas une question de cœur mais une question de raison. L’intérêt supérieur du pays va au-delà des règles d’un parti ou d’une commission… Emmanuel Macron doit permettre d’éviter une victoire du Front National» a-t-il déclaré sur BFM-TV et RMC. En prenant position, aussi fermement contre Benoît Hamon, Manuel Valls tire les conclusions de ce qu’il avait déjà formulé, il existe au sein du Parti socialiste deux gauches irréconciliables. Le parti est fracturé, irréparable et sous les pressions conjuguées de Macron et de Mélenchon, plus d’ailleurs de Macron que de Mélenchon, il risque d’imploser.
            Valls veut regrouper, autour de lui, les réformistes, les sociaux démocrates du parti socialiste, leur proposer une autre voie que celle qui consiste à rejoindre les rangs d’En Marche, d’autant que l’accès y devient plus difficile. Emmanuel Macron a durci le ton, il a déclaré «que les élus qui réclament l’investiture d’En Marche pour les législatives devront quitter leur ancien parti. Chacun de nos candidats sera investi sous la bannière de la majorité présidentielle et non d’une étiquette ancienne et devra se rattacher politiquement et administrativement à cette majorité». Il y a quelques mois, la double étiquette était encore admise ! Un candidat pouvait être à la fois PS et En Marche. La double allégeance n’est plus de mise !! Il y a sans doute un trop plein de candidats et Emmanuel Macron prône le renouvellement des visages et se méfie des rêveurs, des opportunistes, des ambitieux. Il veut un sang neuf, il y aura beaucoup de déçus.

            La commission d’investiture du mouvement En Marche se préoccupe du troisième tour de la présidentielle, c'est-à-dire des élections législatives. Elle doit sélectionner 577 candidats dont la moitié devront être des femmes ou des primo accédants, issus de la société civile. Des places, en nombre limité, seront attribuées à des socialistes et à des membres du Modem.  En Marche n’a pas de députés sortants à l’exception de ceux qui sont issus du PS ou du Modem, et qui, a priori, seront reconduits.
            Or les élections législatives constitueront 577 petites présidentielles dans lesquelles, la personnalité du candidat, son implantation, plus ou moins récente, et son métier peuvent être déterminants. C’est une élection à deux tours et pour pouvoir se maintenir au second tour il faut avoir réuni, au moins 12,5% des inscrits. En Marche aura besoin d’alliés qu’il aura du mal à trouver si Emmanuel Macron continue à tenir des propos désagréables à leur intention : «Notre pays n’a besoin ni de la gauche de 1981(...) ni de la droite de 1934» Il a pourtant plus de chance de trouver des alliés à gauche que chez les factieux pour battre Marine Le Pen. Les placer sur le même plan est insultant.
            Il faudrait un raz de marée électoral en faveur d’Emmanuel Macron pour que n’importe quel candidat, se réclamant de lui, puisse être élu. Ce qui pour l’heure, n’est pas le cas, aucun candidat ne s’envole vraiment.  Bien implanté, le parti Les Républicains, espère faire élire au moins 250 députés.  A défaut d’un président de la République, il souhaite avoir une majorité relative à l’assemblée et provoquer une cohabitation. La gauche émiettée, pour ce qu’il en restera, essaiera de sauver les meubles. Les réformistes, les sociaux-démocrates qui auront refusé de rejoindre Macron pourraient, sous certaines conditions, s’allier à Manuel Valls. Emmanuel Macron espère, à l’image de ce qui s’est passé en 1981 avec François Mitterrand, «que les Français, qui l’auraient élu, lui donneront les moyens de gouverner». Mais la situation était différente, les Français avaient soif de changement après plus de vingt années de pouvoir, sans partage, de la droite,
            Après la défection de Manuel Valls, nous avons entendu Benoît Hamon appeler, mais c’est bien tardif, la gauche à se rassembler «J’appelle Jean-Luc Mélenchon, Pierre Laurent et les communistes à unir leurs forces aux miennes» mais tout en précisant qu’il était «le seul à pouvoir conjuguer des électorats différents, des radicaux aux plus modérés» ; il s’est, comme de bien entendu, attiré un refus cinglant de Jean-Luc Mélenchon.

            Nous sommes à J-25, cette campagne électorale insolite peut encore nous réserver des surprises.  

2 commentaires:

Marianne ARNAUD a dit…

La médiocrité de cette campagne où il n'a été question que des "affaires" des uns et des autres des candidats, plutôt que de donner l'occasion aux Français de se poser des questions de fond, restera dans les annales de cette Vème République à bout de souffle.
La classe judiciaro-médiatico-politique s'est occupée méthodiquement à éliminer tous les candidats potentiellement éligibles de droite comme de gauche, jusqu'à ce qu'il ne reste en lice qu'Emmanuel Macron pour affronter Marine Le Pen au second tour de cette présidentielle.
Il est très impressionnant de constater que Macron, qui a entériné son succès à l'élection présidentielle, est déjà tout occupé des élections législatives.
Comment mieux faire comprendre aux Français que les jeux sont faits, en dehors d'eux, et que leur vote n'y changera rien ?
Il y a bien sûr toujours le score de Marine Le Pen qui ne se dément pas dans les sondages. Si certains sondeurs la voient perdre des points, d'autres affirment qu'elle devance toujours Macron au premier tour.
Il y a aussi le score de Jean-Luc Mélenchon qui continue de progresser jusqu'à avoir poussé Hamon hors de la compétition.
Mais pour Macron, ce ne sont-là que broutilles dont il ne s'abaissera pas à tenir compte.
Est-ce de là que pourraient venir les "surprises" dont parle monsieur Akoun ?

Véronique Allouche a dit…


Je ne vois pas d'où pourrez provenir les surprises puisque l'univers impitoyable des journalistes instrumentalisés par les politiques ont amalgamé la mise en examen des époux Fillon à la présomption de culpabilité ! Ce qui revient à penser que la route est tracée pour Macron qui sera le prochain président et tant pis si pour lui la Guyane est une île, tant pis si pour lui la colonisation française en Algérie a été un crime contre l'humanité, tant pis si son bras droit Richard Ferrand a octroyé une somme d'argent de sa réserve parlementaire aux besoins d'une école palestinienne, ce qui en dit long de l'influence qu'il aura sur son patron concernant le conflit israélo-palestinien, tout lui sera pardonné, ainsi en a décidé la politique du parti pris.
À moins que la surprise n'advienne de l'abstention d'une bonne partie des électeurs de droite, mais aussi de gauche qui ne se reconnaissent plus dans cette élection faussée, écœurés par ces manipulations outrancières...politiques et médiatiques.