ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

jeudi 23 février 2017

Crime contre l'humanité par Jean SMIA



CRIME CONTRE L'HUMANITÉ ?

Le billet d'humeur de Jean SMIA
            

         Parmi les crimes contre l'humanité qui sont passés sous silence, ce sont les décolonisations irresponsables qui se verront qualifiées de crimes contre l'humanité. En décolonisant, ils ont laissé des populations entières sans structures ni organisations gouvernementales charpentées. C'est comme s’ils avaient laissé des petits enfants en liberté courir sur une autoroute à grand trafic et ce, avec la même cruauté qu'ils avaient laissé les Harkis sans armes se faire massacrer.



            Et ces populations «libérées», après avoir consommé tout le consommable abandonné par les colonisateurs, (ils ont mis 60 ans pour tout consommer), s'aperçoivent qu'il faut aller chercher de quoi vivre chez les colonisateurs tout en insistant pour y instituer le mode de vie qui est à l'origine de la déconfiture de leurs patries. Et si quelque hôte critique ou bien refuse, c'est qu'il est raciste et qu'il a des phobies.
            Quelle est la raison de leur insuccès ? C'est tout simplement parce que toutes ces populations n'ont jamais rien connu d'autre comme type de gouvernance que l'exploitation d'une communauté par une autre, et la spoliation d'une communauté par une autre. Et ce, depuis l'Empire Ottoman jusqu'aux colonisations. Et une fois décolonisés : ils n'avaient plus personne à spolier.
            Quelles chances avaient-ils de prospérer en construisant une économie moderne ? Quelques rares hommes d'États, comme Bourguiba et Mohamed V, ont fait de leur mieux pour conduire leurs pays sur le chemin du progrès : mais il leur a manqué un environnement adéquat. Dans tous les pays décolonisés, prédateurs, incapables et prévaricateurs, se sont succédé aux manettes du pouvoir ; tous leurs descendants sont très riches aujourd'hui.


            Mais leurs compatriotes, eux, s'arrachent la peau sur des barbelés pour échapper à la famine ou tentent de traverser la Méditerranée à la nage avec leurs enfants. Il est là, le crime contre l'humanité, monsieur le Banquier !!! Et ce sont les gens de votre «famille» qui l'ont perpétré.

2 commentaires:

Marianne ARNAUD a dit…

S'il aura suffi d'une gifle à la face de la France qu'est cette évocation d'un "crime contre l'humanité", suivie de cette claque aux Pieds-Noirs et aux harkis sous la forme de ce "je vous ai compris" indigne, pour être débarrassés du candidat Macron, j'estime que ce n'est pas trop cher payé.
Que tous les Français, des deux côtés de la Méditerranée, se consolent en relisant ce que disait Hocine Aït Ahmed, l'un des chefs historiques du FLN algérien, en 2005, alors qu'il était réfugié en Suisse où il est mort en 2015 :

"Chasser les Pieds-Noirs a été plus qu'un crime, une faute, car notre chère patrie a perdu son identité sociale...
N'oublions pas que les religions, les cultures juives et chrétiennes se trouvaient en Afrique bien avant les arabo-musulmans, eux aussi colonisateurs, aujourd'hui hégémonistes. Avec les Pieds-Noirs et leur dynamisme, l'Algérie serait aujourd'hui une grande puissance africaine méditerranéenne. Hélas ! Je reconnais que nous avons commis des erreurs politiques et stratégiques. Il y a eu envers les Pieds-Noirs des fautes inadmissibles, des crimes de guerre envers des civils innocents et dont l'Algérie devra répondre au même titre que la Turquie envers les Arméniens."

Et il a même ajouté, horresco referens : "Du temps de la France, l'Algérie c'était le paradis !"

C'est peut-être ce que se sont dit - et se disent encore - tous ces Algériens qui ont quitté, et quittent encore l'Algérie, pour s'installer chez le colonisateur honni, plus de cinquante ans après l'indépendance.

Véronique Allouche a dit…



Ce soir Macron sera présent au dîner du CRIF. Les organisateurs n'ont pas trouvé pour le moins curieux ce "crime contre l'humanité " lancé en Algérie par le présidentiable. Il est vrai qu'il s'est repris au milieu d'un meeting à moitié vide, s'adressant du haut de sa tribune aux pieds-noirs: " je vous ai compris ". Plagier De Gaulle est un exercice difficile qui n'est pas à la portée de tous.
Si le ridicule ne tue pas, les contre-vérités ne mènent pas forcément à la présidence. Macron a cru trouver des voix dans les banlieues, il en perdra bien plus auprès des pieds-noirs qui eux, se déplacent pour voter.
"Le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est con, on est con".Brassens
Bien cordialement